Se lancer dans l’allaitement en 3 leçons.

Quelle belle et éprouvante aventure qu’est l’allaitement. Avant de me lancer dans ce cheminement, j’avais moi aussi des craintes, des à priori, je craignais de manquer de sommeil, et je ne savais pas comment toute cette machinerie fonctionnait.

Toi aussi tu hésites à débuter cette aventure, je vais donc éclairer ta lanterne et t’expliquer en trois leçons comment te lancer dans l’allaitement

1.Vaincre tes peurs et surmonter tes à priori

La première question que l’on m’a posée quand j’ai annoncé ma grossesse c’est « est ce que tu vas allaiter ? ». Comme beaucoup de femmes je me suis posée la question et j’ai tout de suite pensé aux inconvénients ; la poitrine flagada, les nuits blanches, la fatigue etc. Puis je me suis dit tu verras bien quand bébé sera là.

Là tu commences à te dire ok mais moi l’allaitement ça ne me tente pas, je n’ai pas envie de ressembler à une « vache à lait », et mes seins m’appartiennent je n’ai pas envie à 35 ans d’avoir des gants de toilette. En plus, mon conjoint n’est pas trop pour, il veut participer lui aussi et donner le biberon.

Toutes ces craintes je les aie eues moi aussi, donc je te comprends.

Concernant la vache à lait, sache que allaiter c’est tout ce qu’il y a de plus naturel, et dans beaucoup de pays c’est quelque chose de merveilleux.

Je te l’accorde en France allaiter ça fait pas très sexy et quand tu dis que tu allaites tu es perçue comme une extra terrestre. Je me souviens des personnes de mon entourage qui me disaient « oh la la franchement je ne sais même pas comment tu fais, tu es wonder women », ou bien « me dis pas que tu l’allaites encore… »

La seule chose que j’ai à te répondre face à ce genre de remarques c’est laisse courir, et persuade toi que le plus important, c’est ton bébé et toi.

Pour la poitrine flagada, on ne va pas se mentir, la grossesse changera ton corps. Bien sûr que tes abdos seront bien enfouis sous une épaisse couche de peau distendue, et oui ta poitrine ne pointera plus vers le nord comme quand tu avais la vingtaine.

Cependant tout ça n’est pas dû à l’allaitement, mais juste à ta brusque prise et perte de poids. Ta peau est faite de fibres élastiques qui s’étirent lors d’une prise de poids, et qui finissent par se relâcher lors d’une perte de poids plus ou moins rapide.

Rassure toi, il existe des solutions pour diminuer cet effet ; se tonifier. Oui tu dois faire du sport avant et après ta prise de poids, et bien hydrater ta peau pour limiter cet effet flagada.

Enfin, et concernant tes craintes vis-à-vis de ton conjoint, j’ai moi-même rencontré ce problème et je ne te cache pas que ça n’a pas été rose tous les jours les premiers mois, mais là aussi il y a des activités que tu peux confier au papa pour qu’il ne se sente pas exclu de ta relation privilégiée avec bébé.

Tu peux lui proposer de donner le bain ou bien changer les couches, car fais moi confiance, ces tâches qui peuvent te parâtre tout à fait banales, vont te prendre une énergie folle dans les débuts.

2. Dormir en même temps que bébé

Les trois premiers jours de la vie de mon enfant ont été les plus difficiles de toute mon existence, bébé pleurait sans cesse et ne lâchait jamais mon sein jour et nuit.

Là tu vas me dire ça donne pas envie, j’ai aucune envie de ressembler à un zombie jour et nuit et de manquer de sommeil, en plus je suis une grosse dormeuse.

Oui moi aussi j’en étais une mais ne t’inquiète pas, naturellement tu vas t’habituer à dormir en même temps que bébé. Même si les premiers mois seront un peu fatiguant, le temps que tu t’habitues à cette nouvelle vie, tu seras largement récompensée quand tu verras cette petite bouille se coller fort contre toi.

3. Ne donner exclusivement que le sein

Un soir quand j’étais encore à l’hôpital, une sage femme est venue me voir dans ma chambre avec un petit biberon rempli de lait maternisé, et me l’a tendu en me disant que je ne produisais pas encore de lait que bébé avait faim et que c’était pour ça qu’elle ne dormait pas et qu’elle ne lâchait pas mon sein.

Je me suis dit que si la nature avait décidé que le lait n’arriverait qu’au bout de 3 jours, elle avait forcément prévu une alternative pour que bébé ne meure pas de faim durant cette montée de lait. 

Avec du recul je trouve tellement triste et dommage que certains personnels de santé ne soient pas suffisamment informés sur le fonctionnement de l’allaitement, c’est pourquoi je vais t’expliquer comment tout ça se met en route.

Ne donner exclusivement le sein c’est respecter les tétées à la demande : durant les 3 premiers jours tu vas produire du colostrum, un liquide gras et ultra riche en nutriments, vitamines, protéines et suffisamment nourrissant pour rassasier bébé.

Il est donc inutile voir mauvais, de donner à ton nourrisson des compléments de lait maternisés, destinés à pallier ton manque de lait. Au contraire il faut laisser bébé téter à sa guise.

En donnant des compléments de lait maternisés, tu ne fais que retarder tes montées de lait en sautant des tétées.

Le lait est produit par la mère via deux hormones, qui vont stimuler le processus de fabrication et de transport du lait ; la prolactine (fabrique le lait) et l’ocytocine (permet l’excrétion du lait). Ton enfant tète, l’information qu’il faut produire du lait est transmise à ton cerveau via des nerfs sensitifs. Il libère alors de la prolactine. Cette prolactine va agir sur tes alvéoles pour activer la production du lait, et l’ocytocine va agir au niveau des pompes pour éjecter le lait produit.

Tu l’as donc compris, plus bébé tète plus tu produis du lait.

Ne donner que le sein c’est aussi ne pas céder à l’appel de la tétine.

Tu te dis je vais lui coller la tétine dans la bouche quelques heures le temps de souffler, et combien de fois j’ai fais cette erreur fatale…

Le risque est que ton bébé refuse par la suite de prendre le sein car la texture d’une tétine est différente de celle du sein.

Mon conseil est donc de tenir le coup, ne pas se laisser aller en se disant que ce sera la seule fois, et profiter de ces moments privilégiés avec ton bébé.

Si tu en ressens le besoin, tu as la possibilité de te faire assister d’une conseillère en lactation pour plus de soutien dans ta démarche (je te conseille alors de te renseigner auprès de la leche league (https://www.lllfrance.org/).

Si toutefois tu n’es pas convaincue et que tu ne souhaites pas te lancer dans cette folle aventure, ne te culpabilise pas, il existe des laits maternisés « bio », mais nous en reparlerons une autre fois. Par ailleurs tu n’es pas pour autant une mauvaise mère, et puis tu pourras toujours essayer avec ton prochain bébé.

En conclusion :

Je t’ai expliqué 3 principes pour débuter tranquillement l’allaitement :

– vaincre tes craintes vis-à-vis d’autrui et surmonter cette image de vache à lait que tout le monde te donne, ne pas t’inquiéter pour ta poitrine, et faire participer le papa autant que possible pour ne pas qu’il se sente exclu.

– Je t’ai ensuite conseillé de dormir en même temps que bébé pour ne pas manquer de sommeil.

– Enfin je t’ai indiqué pourquoi il fallait exclusivement allaiter au sein si tu voulais une bonne mise en place de ta lactation : le lait n’arrivera qu’au bout de 3 jours environ grâce aux hormones la prolactine et de l’ocytocine et au phénomène de succion, et n’oublie pas d’éviter la tétine.